14 avr. 2013

Un petit jaune au soleil ... chouette dimanche !

Ce qui m'arriva aujourd'hui fut assez bizarre ...
Tout commença en fait la veille : je devais voler, pour la première fois, avec mon frère qui a passé le PPL en même temps que moi aux Alcyons ; destination Orléans.
Mais, au fil de la journée, la météo se dégradait jusqu'à devoir annuler le vol !
Dommage, car avec le CAVOK annoncé pour demain, il n'y a plus un créneau de libre...

Contre toute attente, ce matin, au réveil, je saute sur le planning de réservation et un avion avait été libéré. Je contacte mon frère qui était malheureusement indispo. Je tente avec des potes ... tous indispo aussi ! Vu que je n'ai pas vraiment envie de partir en solo, je pars voir au club si des pilotes ou sacs de sable étaient prêts ...

Au club, le temps est magnifique ! Je ressuscite ... Tant de mois pourris d'hiver à attendre une journée comme aujourd'hui ! Je me ressource en vitamine D.
Franchement j'en profite, je suis dehors, à papoter aéro, rigoler tranquille ... Je n'ai pas envie de partir de là pour aller voler. C'est dingue ça !

Je regarde le trafic incessant sur l'aérodrome. Il y a du monde, à croire que tous les usagers sont venus aujourd'hui. Et puis je me rends compte que le terrain est en auto info aujourd'hui ! Et que le vent est plutôt cisaillé et fort ! Tout cela ne me motive pas davantage ... D'autant que je croise mon ami Gaël qui refuse catégoriquement de faire un vol avec moi, prétextant un soi-disant vol sur le Piper Cub J3, "le p'ti jaune" du club, un chouette coucou des années 40 !



Après, moi, c'est vrai que ça fait deux heures que je suis dehors, et il faudrait encore que je prépare une nav, fasse la prévol ; que je me mette dedans quoi ! 
Je prends alors une grande décision : j'annule mon vol prévu aujourd'hui et libère le créneau de réservation.

Puis ... je retourne me faire doucement bercer par cette atmosphère d'été. C'est trop bon !





N'étant pas du tout rancunier pour un sou, je vais même aller aider Gaël pour ravitailler le canari et l'aider dans sa prévol.

 

 
 

Une fois prêt, le J3 se démarre à la main !


Il faut ensuite ôter les cales et sauter dans la cellule ... à l'ancienne quoi !



Puis faire la queue pour les essais moteur et le décollage.


 Et c'est seulement après qu'on sait pourquoi on est prêt à faire tout cela ...


Le spectacle est magnifique ! D'autant qu'on a le temps de l'apprécier à 70 noeuds !

 


Après plus d'une heure et arrivé à Etampes, il faut repasser à la pompe !



Bravo à Gaël pour ce vol et merci d'avoir fait en sorte que j'aie quelque chose d'aéro à raconter aujourd'hui sur mon blog !

2 commentaires:

  1. Je t'aurais bien amené mais on a des masses incompatibles ...

    Quand est-ce que tu t'y met au J3 ?

    Gael.

    RépondreSupprimer