24 avr. 2013

Les Alcyons à Spa : un voyage inattendu !

C'est, au départ, un voyage à Alderney, dans les îles Anglo-Normandes, qui nous était proposé par l'aéroclub des Alcyons.



Arrivés vers 7h30 au terrain de St-Cyr l'Ecole, nous nous jetons sur la météo. Et là, nous sommes un peu refroidis par ce que l'on observe dans les METAR :

METAR EGJA 240850Z 21005KT 180V250 0200 R26/0275 FG VV/// 09/09 Q1026=

Et toute la zone est sous le même topo ! Exit la Normandie !



C'est alors que nous trouvons un plan B où la météo semble bien plus clémente. Il faut aller vers l'Est.
Et puis, si possible, il faudrait pouvoir conserver les spécificités du vol prévu à l'origine : dépôt de plan de vol et voyage en langue anglaise.

Voici ce qu'il en ressort : on va aller de St-Cyr (LFPZ) vers Reims Prunay (LFQA) par le Nord de Paris, puis Trier (EDRT) en Allemagne par le Luxembourg, puis SPA (EBSP) en Belgique, puis Cambrai Niergnies (LFYG) et retour à St-Cyr (LFPZ).

Il est maintenant pas loin de 8h30 et l'on s'affaire à refaire toutes les navs et les paramètres avion. De même, on cherche les infos eAIP sur le site d'Eurocontrol. La photocopieuse doit tenir bon, il le faut !!! Entre les informations terrain et les nouveaux dossiers météo, il y a du boulot.
Pendant ce temps, les intructeurs vont faire les prévols des 3 avions qui sont concernés.

A la demande de nombreux d'entre vous, je publie mon log de nav pour la 1ère branche de St-Cyr l'Ecole (LFPZ) vers Reims Prunay (LFQA).


10h00 s'affiche à la pendule du club, nous nous dépêchons de ranger nos affaires pour aller refueler les avions selon les calculs de masse et contrage.
Le temps est magnifique ce matin, on est tous de bonne humeur.

J'effectue la première branche jusqu'à Prunay, et totalement en Anglais svp !!! C'est un peu comme pour fêter mon FCL 1028 !
Tout se passse bien, je suis autorisé verticale terrain de Pontoise pour transiter au Nord de Paris en direction de Villers-Cotterêts à 1500 ft. Première fois que je vole au Nord de Paris, d'ailleurs ... Visuellement c'est chouette, on passe aux abords du parc d'Asterix et de la Mer de Sable.

Le VOR de Boursonne ne fonctionne pas aujourd'hui, je me fais alors pousser par celui de Pontoise en tâchant de rester entre les radiales 080 et 090.

Puis on aperçoit l'autoroute A4 qui va nous mener à Reims que l'on évite par le sud. A l'arrivée sur Prunay, un AFIS me donne les paramètres. La 25 est en service, QNH 1025.

Après le passage aux pompes, X-ray Golf est parké sur l'herbe le temps de trouver à se restaurer.


C'est l'Escale à Prunay qui nous fournira les sandwiches et les boissons pour ce midi.


En attendant, les pilotes de la prochaine branche vers l'Allemagne se préparent psychologiquement...


C'est à mon tour de passer derrière. J'installe tout mon bazar qui me permet de vous fournir des images, du son et de la vidéo...


Prévol et changement de pilote, nous partons pour l'Allemagne sous plan de vol.


Au roulage, on aperçoit quelques consignes à respecter, au cas où les cartes VAC n'ait pas été suffisamment étudiées !


Fred effectue ses essais moteur, sous l’œil vigilant de Gabriel.


Au décollage, on se faufile vers le FL55, en évitant les zones P30 et D39. Fred nous mène tout droit vers Montmedy. Nous aurons alors la branche la plus agréable tant l'air y est calme.


Le Luxembourg approche rapidement, il ne s'agit pas de se louper. Nous serons autorisés pour un transit de la zone par la verticale du terrain du Luxembourg (ELLX) au FL55.


Un liner nous passera en dessous, aligné sur l'ILS, 3000 pieds plus bas !
Puis nous entrons en Allemagne. L'accent "anglais" devient un peu plus rude et autoritaire ...
La vue sur les collines aux abords du terrain de Trier est magnifique.

Nous nous posons selon les instructions de la Tour, et roulons pour le parking devant celle-ci.


Quand tout à coup !!! ...


... un Panzer nous fonce dessus !!!
Quel accueil !!! Pas de doute, nous sommes bien en Allemagne.
En fait le terrain de Trier-Föhren appartient à l'armée allemande et ils y pratiquent certains exercices militaires.


Aujourd'hui, je pense qu'ils testaient les capacités de freinage de leur Panzer ; car ils fonçaient tout droit sur le taxiway puis freinaient debout sur les freins ! Impressionnant !

Le Kilo Golf nous rejoint pour le déjeuner.


Pendant le déjeuner sur le tarmac, Solange négocie à la Tour nos horaires de départ et le dépôt des plans de vols pour Spa en Belgique.



Voici la première partie de la vidéo du vol ...


Au restaurant sur place, le café sert à valider les options de navigation vers Spa.


Et ça discute sévère entre les instructeurs !


Nous avons autorisation pour repartir (merci Solange !) mais il faut que l'on décolle tous les trois avec 1 minute d'intervalle ! Et ce, dans 15 minutes précises !


Corinne prend maintenant les commandes de notre DR400 et, Fred et moi, nous installons à l'arrière, presque confortablement !


Le "top" départ de Solange est donné, il nous faut être bien coordonnés ...


Une nouveauté pour moi aujourd'hui : du fait de ce départ synchronisé un peu spécial, les trois avions ont la clairance de remonter et s'aligner sur la piste à la queue leu-leu et en même temps.


Corinne n'aura pas la branche la plus facile. Le pilotage doit être précis pour éviter les zones de Spangahlem et du Luxembourg. De plus, l'accent infernal du contrôleur allemand nous questionne sur la langue qu'il utilise ... Parle-t-il Anglais ou non ? En tout cas, nous, on a rien compris !


Je suis assez surpris du nombre d'éoliennes qu'on croisera sur notre route en Allemagne.


L'entrée en Belgique se fait sans que l'on s'en rende compte. Et l'arrivée à Spa se précise ... le terrain devient plus vallonné. Au sol, de nombreux ponts jonchent notre route.

A l'arrivée de Spa, on passe à l'Ouest du circuit de course, mais on a du mal à visualiser le terrain. En fait, il est encaissé dans la colline.

Les sauvages altérations d'altitudes et de caps que je subis depuis près d'une heure et la remise de gaz inexpliquée à Spa auront eu raison de mon estomac ! C'est la première fois que je ne peux me retenir et le tout finit dans un sac Air France prévu à cet effet !!!

Après un nouveau tour de piste, on se pose ; et moi, je sors rapidement prendre l'air sur le bon vieux plancher des vaches ! Dieu que ça fait du bien !

Au parking, de jolies machines sont bloquées par des cales. Comme ce Cessna Grand Caravan immatriculé OO-SPA !


Certains vont faire tamponner leur carnet de vol en souvenir. Sympa comme idée, pour une prochaine ...


La brasserie de l'aérodrome, dans laquelle se trouve des frigos remplis que de bières, offre une vue directe vers deux appareils de l'armée de l'air Belge.


Le retour en France se précise, et l'instructeur initie la prévol en vérifiant le niveau d'huile.


Une fuite ferait-elle son apparition au niveau du réservoir d'essence de l'aile gauche ?


Tout le monde se remet dans la nav de retour vers Cambrai en France.


Au départ de Spa, l'activité Para bat son plein, le Caravan du club tourne à plein régime, par fournée de 11 chanceux !


Au sol, la visibilité est plutôt bonne, on en profite pour repérer quelques châteaux alentours ...


Cette fois encore, notre navigation doit être précise, pour pouvoir faire une directe vers Cambrai sans interférer avec les zones de Florennes ni de Charleroi. Nous volons à 1800 ft avec une difficulté majeure : le soleil dans l’œil !


A Cambrai, nous faisons rapidement le plein et nous dépêchons de repartir pour ne pas être gênés par la nuit aéro. L'aéroclub local est très sympathique mais nous n'avons pas le temps de nous étendre. Go !

La visibilité est de plus en plus mauvaise, avec la brume et le soleil, on ne voit rien ! Gabriel a un boulot de dingue à tout vérifier partout : tenue de l'avion, navigation, communication ! Quel courage ;o)


A l'approche de Beauvais, nous devons nous diriger vers la verticale du VOR BVS à 3000 ft car un IFR de Ryanair est en cours d'atterrissage. Il nous passera juste en dessous !


Corinne nous ramène ensuite à St-Cyr, par Pontoise puis Mantes. Son pilotage aura été autrement meilleur sur cette dernière partie. Bravo !

Voici maintenant la deuxième vidéo de notre parcours ...


Merveilleux voyage que celui d'aujourd'hui, comme je suis chanceux de pouvoir participer à des journées comme celle-ci ! J'ai encore appris des milliers de choses !
Merci à tous et à une prochaine fois ...

21 avr. 2013

Ma fierté du jour : faire voler mon père !

Le pilotage est vraiment une source intarissable d'expériences, de récits, d'aventures. J'écris ce blog, en toute modestie, sans aucune compétence littéraire ou narrative, simplement pour ne pas oublier, trop vite, ce qui m'est arrivé. C'est mon pense-bête ;o)

Et pourtant, il y a toujours quelque chose de particulier dans un vol ; je ne crois pas m'être jamais trop répété. Aujourd'hui, par exemple, je suis extrêmement excité car je vais aller voir mon père pour le faire voler avec moi pour la première fois. 



Pour cela, j'avais prévu un vol en famille depuis St-Cyr jusqu'à Orléans St-Denis où mon père viendra nous rejoindre.



A la surprise générale, je ferai aussi ce voyage accompagné de mon frère qui volera avec sa femme dans un autre DR400 des Alcyons.



Après m'être encore battu 25 minutes pour aller faire le plein, je roule sur le taxiway B pour accéder à la piste 29 droite de St Cyr. Ce dimanche ensoleillé augmente incroyablement le trafic au sol sur LFPZ.


En cheminement vers la sortie secteur Ouest, la ville des Clayes sous Bois nous sépare de l'aérodrome de Chavenay.


Et le château de Pontchartrain marque le début de ma navigation sur le réservoir central.


Assez rapidement, Paris Info me demande d'afficher 7011 au transpondeur.



Ma navigation bien préparée me rend serein dans mon pilotage. Je me rends compte que, de plus en plus, j'arrive à être "devant" l'avion. C'est à dire que je sais anticiper ce qui va arriver et être disponible en cas de surprise.
Notamment, l'affichage de mes fréquences radio et radionav auront toujours été au point sur tout le vol. Je ne perds pas de temps et suis opérationnel.


A l'arrivée sur Orléans St Denis, du coup, je gère tranquillement mon arrivée un peu spéciale : vu qu'il y a du largage de parachutistes, on nous demande de ne pas passer verticale du terrain. Qu'à cela ne tienne, j'aborde mon intégration à la vent arrière 23 par le travers Sud terrain.


Au sol, arrivés au parking B3, les parachutistes nous offrent un bien beau spectacle. 
Mon père est déjà présent et nous attends de l'autre côté de la grille. Ça va être fort en émotion de le faire voler !

Il prend place et écoute calmement mes instructions, se moque un peu de l'étroitesse de la cabine.
On enchaînera deux tours de piste à Orléans St-Denis pour lui permettre de repérer au sol les environs qu'il connaît bien.


Le petit vol d'initiation se passe très bien, il y prendra beaucoup de plaisir.
Du coup, je suis content et fier. De ce vol, c'est la seule vidéo qui a fonctionné et de laquelle je peux en extraire quelque chose de montrable.


Il est maintenant temps de se garer sur la place Bravo 3 et d'aller se restaurer un peu.


Après un chouette déjeuner dans les environs. Il nous faut prendre le vol du retour. Mon frère me précédera au roulage. 


Pas grand chose à dire sur le retour, exception faite qu'il y a beaucoup de trafics en vol. Les services d'information de vol sont débordés.
Nous revenons sur St-Cyr l'Ecole en trente minutes pétantes !

Et en base 29 à St Cyr, nous assistons à la promenade quasi-estivale des touristes dans les jardins du château de Versailles.



Quand à mes loulous, eux ... ils n'ont rien vu du retour !