31 mars 2013

Vol en famille : mais quel stress !

Il y a près de 2 ans, j'en rêvais ... presque !
Souvenez-vous de cet article Y a t-il un pilote à bord ? Eh non !, ou je me prenais à vouloir partir voler avec ma femme et mes deux enfants.
Et bien, ce jour est venu, il s'agissait de ce dimanche.

Pour autant, tout ne s'est pas exactement passé comme prévu ! ... car à 7 et 10 ans, les petiots, il faut vraiment les occuper, sinon ils pètent les plombs à attendre.
On avait pourtant bien commencé, ma femme avait improvisé la recherche des oeufs de Pâques autour de l'avion.


Et c'est vrai qu'il y a beaucoup d'attente quand même : administratif, préparation de l'avion, prévol.
Je me rends compte qu'il faudra également passer à la pompe : soit près de 40 minutes de battement !


Mes loulous sont bien motivés, et prêts à donner un coup de main pour la prévol ;o)
Surement pour que ça aille plus vite.


Ensuite, ils montent à l'arrière dans la cellule, se battent évidemment pour aller à gauche, à droite ! Explication du fonctionnement des ceintures, du harnais, du casque et quand parler ou se taire.
Je constate qu'ils n'ont pas assez de force pour la fermeture du harnais, je m'exécute.

On arrive aux pompes après autorisation de la tour qui attendait le ravitaillement d'un R44 de Toussus qui a pris 30 minutes chrono !!!
Comme disait Coluche : "Je m'énerve pas, Madeleine, j'explique aux gens !".
Dans la cabine, ma femme est congelée, et mes gamins crèvent de chaud ! Tout va bien ...


Entre temps, le QFU change et la piste 29 est maintenant en service.
Une fois au niveau des Serres, en sortie par le secteur Nord, je constate que la visibilité n'est pas énorme ... Tout au plus 5 kilomètres.


Je ferai juste un local du coup : sortie Nord, Sud de Mantes, Est de Dreux puis retour St Cyr par secteur Ouest. A tout moment, je rentre si c'est trop bâché ... je reste attentif et concentré.
Il y a quelques turbulences légères, ce qui calme un peu les loulous derrière.


Par contre, vers Mantes, je constate que ma femme ne fait pas trop de photos en souvenir de ce vol.
Cela ne m'interpelle pas trop au début mais ensuite, je me dis qu'elle ne doit pas être au mieux sans vouloir me le dire.


"Ca va ?" - "Oui oui, t'inquiètes."
Bon, j'ai compris ... les turbulences commencent à avoir raison d'elle ;o)
J'écourte le parcours et décide de rentrer illico au terrain.


Globalement, je suis quand même bien tendu là, avec tout ça ... ça se voit ?
C'est fou ce que l'on peut être expressif sur un visage. Moi qui pensait montrer une sérénité de fer.
En fait je me trahis tout seul !


Pendant le retour, je me prépare à un déroutement immédiat sur Chavenay si ça part en live dans le cockpit.
Je surveille ma femme, mais elle tient, ça va mieux. Le fait de savoir que l'on rentre l'a rassuré.

A Saint Cyr, je suis numéro 2 en vent-arrière, et rejoins ensuite le parking bas des Alcyons.
On sort et récupère nos affaires.
Je range le Kilo Golf et ferme le hangar.


C'est fini ! Tout s'est bien terminé ... Mais alors : quel stress !
Entre les enfants à gérer, l'attente interminable pour les pompes, la visibilité pas terrible et ma femme pas bien : ce n'est clairement pas le vol dont je garderai le meilleur souvenir !!!


La prochaine fois, je pars en solo ! C'est tout vu !

18 mars 2013

A moi les petites anglaises (FCL1.028) ...

Rendez-vous ce matin au centre de contrôle des compétences linguistiques de la DGAC à Orly pour passer le FCL 1.028 VFR, la qualif qui permet de certifier un certain niveau d'anglais.



Lors de l'enregistrement de ma candidature sur Océane, j'avais requis le niveau 6, qui est le niveau pour lequel la licence est valable à vie.

Je retrouve dans la salle d'attente Vincent Trelut, un camarade des Alcyons. On s'échange un peu de vocabulaire, comme pour se rassurer sur ses connaissances.

Pour ma part, je suis assez confiant ; j'ai habité plusieurs années à l'étranger et ai travaillé en anglais. Depuis plus de 3 mois, je me prépare bien : fiches, abonnement à niveau-oaci, lecture d'un bouquin "l'Anglais aéronautique" et divers sites Internet traitant du sujet, stage de 4 jours chez Ambassadair.
Et enfin, révision au ski avec mon pote Nico (merci pour la rigolade) !

La session se déroule en 3 étapes :

1 - le vol fictif :
Il s'agit de se présenter et suivre un scénario de vol imposé. Nous simulerons la comm pilote et dans la salle d'à côté, des examinateurs anglophones interagiront comme des contrôleurs réels.

Voici de mémoire ce que j'avais à annoncer :
- je suis au parking et demande le roulage pour les pompes si l'automate est en service.
- je demande les paramètres météo et la piste en service
- je collationne la météo et le taxi vers la piste.
- je collationne la clairance de décollage avec un point fixe et un virage surprise à effectuer
- je lâche la tour et contacte le contrôle qui me déroute
- je collationne le déroutement
Fin de l'exercice

2 - la phrase d'urgence :
Dans une enveloppe se trouve une phrase d'urgence. On a 10 secondes pour la lire et la traduire à la volée.

Voici de mémoire ce que j'avais à annoncer :
A cause d'une forte rafale de vent durant notre la rotation, l'avion s'est mis en décrochage au survol du seuil de piste et a heurté le sol en cassant le train d'atterrissage avant. Je suis maintenant bloqué au sol et demande les services d'assistance pour m'aider.

3 - le texte à trous :
Pour cette partie, concentration maximum pour trouver les mots manquants dans le texte proposé.
C'est pas toujours évident et ça va très vite. Noter les ATIS farfelus relève parfois de l'exploit olympique !

A l'issue, on sort de la salle et on attend les examinateurs pour le débrief et les notes.
Pour moi, exit la licence à vie :o(, il fallait avoir 18/20, je n'obtiendrai que 17, grrr !!!

A un point près je prenais perpèt ! Donc validité : 6 ans.
Quand même content de moi, avec une nouvelle ligne sur la licence ...




3 mars 2013

Y a du monde pour la reprise !

En région parisienne, c'est la reprise de la saison aéro.
Premier dimanche de beau cet hiver. Il y a un monde à Toussus !


Pour moi, c'est l'occasion de finir mes pré-requis avant de pouvoir partir avec ma famille en vol. Donc 3 atterrissages et décollages pour l'emport passager.

En tout, voici ce que j'ai effectué pour être à nouveau autonome à bord :
- vol VEA : 1 à 2 heures
- lâché Toussus : 1 heure
- emport passagers : 1 heure

Durant ces 4 heures, j'en ai profité pour me faire relâché DR400 version 120, 160 et 180hp !
Je suis désormais opérationnel pour voler cette année.

A venir ... de nombreuses vidéos !
Pour le moment, je vous laisse avec mon roman photos du jour ;o)