31 oct. 2011

Vol 52 - Le pré-test : Aïe Aïe Aïe !!!

HdV : total 54h47 - cdb 11h58 - ep 42h49 - Cout : 7793€

Je sors tout juste du débrief, et j'ai encore la tête prête à exploser.
C'est le vol le plus intense que j'ai jamais réalisé durant toute la formation !
Je suis arrivé au club ce matin à 11h, et j'en suis sorti à 20h, vanné !

Ceci dit, je suis content de moi car je ne savais pas si j'allais tenir jusqu'au bout, mais je l'ai fait ! Il était temps que cela s'arrête... j'ai supporté, physiologiquement parlant ;o)
Comme quoi le corps s'habitue quand même pas mal à ces séries de vol assez spéciales.

Le matin, j'imprime et valide la météo et les derniers notams avant que l'instructeur n'arrive. Je sais que je vais être cuisiné comme pas permis sur mon dossier de vol. Et ce fut le cas !
Je l'ai bien organisé et préparé ; ça passe impec, je ne me planterai sur aucune réponse. J'ai préparé St-Cyr - Rouen et après, surprise pour le déroutement. La météo étant vraiment pas terrible, on verra sur place.

L'instructeur me corrigera tout de même 3 points :
- inscrire le point du poids avec les réservoirs vides dans le graphique de masse et centrage car il y a des configurations où l'on peut sortir des limites autorisées
- rendre la fiche d'emport carburant plus lisible, en identifiant clairement les phases (Mise en route - roulage - mise en puissance, verticale terrain, intégration)
- connaitre les durées de validité de chacun des documents de l'avions (certificat de navigabilité, assurance, immatriculation, etc.)

Je passe à la prévol. 
Je la ferai seul, consciencieusement, sans l'instructeur, en me doutant bien qu'il allait me trouver quelque chose à redire, comme j'ai déjà eu par le passé (les broches du capot dans le sens inverse, des vis dévissées sur le karman ou les carénages de roues). Mais non, il paraît satisfait.
Alors ... go !  Euh ... go ! disais-je !
Malheureusement, alors que Frédéric partira sur Dreux avec l'autre DR42 en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, et bien nous ... impossible de démarrer la bestiole ! 
Pourtant tout le monde s'y est mis ! J'étais entouré de 2 instructeurs et le chef-pilote ... une vraie mariée...

Bon, ça commence à sentir le roussi cette histoire... l'heure avance, contrairement à l'heure du couché de soleil de l'ATIS : 16:34Z ! Et le couperet tombe : avion immobilisé, il part en méca !
Alors ça, c'est pas de bol, plus de DR221 non plus de dispo !
Du coup, on se précipite sur un DR46. C'est plus rapide, ça freine aux pieds, les vitesses de référence ne sont plus les mêmes, et ... c'est plus cher ! Gloups ...
Là, je commence à pas mal augmenter ma dose de stress.

On sort le Xray-Hotel du hangar, purges, prévol. C'est l'instructeur qui fera la mise en route, le roulage et les essais moteurs pour rattraper un peu le retard. Je reprends les commandes au point d'arrêt de la 29L.
Le début de la nav se passe très bien, je tente de rester zen et me concentrer sur mon pilotage. Sachant que ma tenue d'altitude est l'un de mes points faibles, je suis très vigilent sur ce point.
Je passe par le secteur Nord, puis travers des tours de Porcheville.

Ça va vite le DR46, et mes estimées de log de nav sont donc toutes fausses, vu qu'elles étaient prévues pour le DR42 ! On arrive à la boucle de Seine où je prends cap au Nord vers la gauche du terrain de Mantes. Je prends l'Atis de Rouen qui commence en anglais, puis j'attends le français pour confirmer... Sauf que pendant cette phase et là, l'avion carbure à fond et tout s'enchaîne très vite, je commence à partir n'importe où vers le Nord. Je bascule au plus vite sur la fréquence de la TMA d'Evreux pour être clairé. Mais ... je suis déjà parti bien loin. Tout ça pour entendre que finalement l'approche est inactive :o(
Alors, là ... panique à bord !

Bon, calmons-nous, tout d'abord ... où suis-je ? Pfff, j'en sais rien. En plus la visibilité se dégrade et le plafond s'abaisse. Cap au 270 pour aller vers Rouen. Je m'annonce et suis autorisé en VFR spécial.
Maintenant, reprenons - je sélectionne le VOR de Rouen pour voir sur quelle radiale je suis. Sur la 300 !
Euh ... non, ça, c'est pas possible vu que je suis dans le sud-est du VOR.
Et paf ! J'ai sélectionné la radiale en To et non en From ! Pourtant, je ne fais jamais cette erreur !
Je suis à Gisors ! ... à moins que ce ne soit Etrepagny ! Rrrrrrrrrr ... quelle misère !
Je n'arrive pas à bien voir ma vallée de Seine à cause des conditions météo donc pour le repérage, c'est dur cette zone. Allez, je demande un QDM à la Tour. --- 290 ---
Au débrief, mon instructeur me dira que j'étais à Etrepagny, mon terrain maudit que je n'ai jamais réussi à voir !

En zigzaguant tant bien que mal entre les nuages à l'approche de Rouen, je fais un briefing arrivé un peu à la va-vite.
- "Tu voles à quelle hauteur là ?"
- 1500ft
- "Ok, et la hauteur du tour de piste ?"
- 1500ft ... aïe ! Il faut que je monte à 2000 ft ! Zou ...
- "Tu es en classe Delta, tu as demandé l'autorisation ?"
- Et non ... Re-Aïe !

Je suis autorisé pour une intégration semi-directe en base main gauche pour la 22.
Et allez, on charge encore la mule ! Normalement le tour de piste est main droite pour cet aérodrome !
Je me pose sans soucis, puis ... remise de gaz. On monte à 800ft.

- "Au fait, c'est quand tu veux pour ta check niveau de sécurité post-décollage !"
- Mmmmm ... pompe, et on rentre les volets.

Panne au décollage, je pousse sur le manche. Secteur avant, plus ou moins 30°.
Très bien ... enfin ... très bien à part la pompe et la réchauffe carbu ! Remise de gaz...
On enchaîne sur un tour de piste standard main droite, mais avec une panne de volets.
Pas de soucis sur la comm, mais je suis encore à 180 km/h en vent arrière ! Et je ne ferai ma checklist vent arrière qu'en passage en base (légèrement suggérée par l'instructeur à bord !).
Alors là je suis fâché contre moi, je ne fais jamais cette erreur là ! Mes tours de piste sont nickel d'habitude !!! Dégoûté !

Et un touché ... puis, étant sur le coup de mon tour de piste foiré, j'entends :
- "Allez, déroutement, tu m'amènes à Etrepagny !"
Pas de pot ! Mais ça s'accumule, j'ai pas de pot, sérieux ! Le pire terrain d'Ile de France ! Déjà que je ne le trouve pas avec du CAVOK partout, mais là, avec cette météo pourrie...

La tour m'annonce que je suis autorisé pour un virage à gauche pour le point de report Echo. Je vérifie sur la 1/500.000e où se trouve le point E, apparemment là où le chemin de fer fait une boucle pour partir vers l'Est.
Ok, trouvé. Maintenant, je décide de suivre cette ligne qui devra m'amener au terrain maudit ...

- "C'est quoi le nom de ce bled là ?"
- Hein ? ... Quoi ? Quel bled ? 
Mais pourquoi il me parle lui ! Chuis à bloc pour essayer de pas louper mon terrain !
- Ça doit être ... hum ... disons qu'on est par là, donc c'est ... Charleval !
Et bien ... pas du tout, car Charleval étant proche du point Echo, on en est bien loin maintenant !

J'efface vite cette question de ma tête et reprends ... Etrepagny, Etrepagny ...
Le chemin de fer m'y conduit tout droit. Voici la ville déjà ... et le terrain devrait être derrière.
Là, je ne ferai pas de briefing arrivée ! Bien fait pour moi !
Car mon instructeur, une fois avoir repéré le terrain me demande la piste en service en fonction du sens de la chaussette et savoir quelle piste sera active, ainsi que le sens du tour de piste.
Je réponds tout bien, sauf que ... j'ai tout faux !
Pourquoi ? Parce que ce maudit terrain est à usage restreint et qu'on à donc pas le droit de s'y intégrer si l'on y est pas autorisé au préalable.

- "Allez, tu reprends sud de la ville d'Etrepagny, et tu m’emmènes à Bréval."
Mais c'est quoi ce terrain encore ? Ben, en fait, ce n'est pas un terrain ... C'est une petite ville au sud-ouest de Mantes, tout simplement ! Reste plus qu'à la localiser !
- "C'est là, regarde sur ma carte ..."
Ok, un tout petit point jaune sur la 1/500.000e ! Pfff ... allez, cap au 190 !

Puis, tout d'un coup, j'entends :
- "Alors maintenant, considère que ta pression d'huile tombe à 2 !"
Ni une, ni deux, presque fier de moi, j'annonce : "j'interromps le vol : IVV".
Je repère un champs, le mesure correctement, à part que je suis à 180 km/h au lieu de 150 !
En tout cas, j'arrive à le faire ! Cool !
Sauf que ... au débrief ... mon instructeur du jour me dira que je n'avais pas à partir direct en IVV. En effet, il faut d'abord vérifier avec la température d'huile ! Si elle monte anormalement, alors oui, je dois interrompre le vol mais sinon, non, c'est simplement que l'instrument est HS !
Remise de gaz ...

Je repasse la boucle de Seine, arrive à localiser Vernon... je suis sur le bon chemin.  
Me reste plus qu'à garder à gauche les lignes électriques et attendre la voie ferrée.
Bingo ! Là je suis content, Bréval s'offre à ma vue !

On monte à 2.500ft et vont alors commencer toute une série de mania.
1. Décrochage en lisse ... OK
2. Décrochage volets 1 et en virage - config base ... OK
3. Décrochage volets 2 - config finale ... OK
4. Virages gauche/droite 45° avec maintient d'altitude ... OK
5. Virages gauche/droite 60° avec maintient d'altitude ... OK
6. Sortie de virage engagé à piqué ... OK
7. Faire un 360 à 60° d'inclinaison à gauche/droite ... OK

Je suis content car j'ai bien réussi tout ces exercices. Par contre, je commence à fatiguer et être un peu dans le gaz. Je préviens mon instructeur.

- "OK, on va faire un peu de VSV avec casquette pour rentrer au terrain."
S'ensuivent une série de caps et d'altitudes jusqu'en vent arrière à St-Cyr.
Je me pose ... Ca y est ... C'est fait pour le pré-test.
Je suis un peu mitigé, content de certains trucs, fâché sur d'autres...

On passe à la séance de débrief qui synthétisera le vol comme suit ...

Points positifs :
- Bonne préparation de nav et dossier de vol
- Bonne communication radio
- Le vol s'est déroulé dans des conditions optimum de sécurité
- Bonne gestion de la panne au décollage
- Exercices de mania bien réalisés
- Tous les atterrissages étaient bons

Points à améliorer :
- Mieux anticiper la liste des Radio-Radionav
- Aucun bilan carburant de tout le vol !
- Aucune vérification moteur MEGA de tout le vol !
- Mieux séquencer les actions de la panne en campagne
- Ne pas hésiter à faire des 360 pour se remettre dans sa navigation
- Revoir la checklist déroutement : Cap-Distance-Temps-Carburant
Et ceux dont je suis le moins fier :
- En remise de gaz, c'est assiette-puissance, pas l'inverse !
- Exécution du tour de piste (la honte !)

Et alors, le verdict tombe :
- "Avec un vol comme aujourd'hui, je ne te valide pas ton PPL !"

Du coup, mardi, on refait une nav vers l'Aigle afin de vérifier que tout est bien rentré dans l'ordre.
Je croise les doigts ...

24 oct. 2011

AeroGeek inside ! ... ou comment je filme mes vols ...

Suite aux (très) nombreuses questions sur le matériel, les logiciels et la technique que j'utilise pour effectuer mes vidéos, je vais tenter de rassembler tout cela dans ce message...

1. Capture vidéos cockpit et sons cabine
Pour la capture vidéo depuis le cockpit, j'utilise une caméra Drift Innovation HD 170.

Pour le paramétrage, j'utilise :
- le format 720p HD avec 29fps qui convient parfaitement au format Youtube HD et qui produit des fichiers de taille raisonnable.
- une exposition à -1 afin d'éviter d'avoir une vidéo trop claire
- le volume micro de la caméra à 2 pour prendre les sons cabine

Pour la fixer, j'ai choisi un système de support de chez Ram Mount.
Il est composé :
- d'une ventouse et un bras, modèle RAP-B-104-224U-QU1
- d'une boule de fixation, modèle RAM-B-237U
Ce système a l'avantage d'être extrêmement flexible pour pouvoir tenir n'importe quel angle de vue et également solide malgré les vibrations générées en vol.

Pour le stockage caméra, j'utilise une carte SDHC de Lexar de 16Go 133x de classe 10.


2. Capture de la communication casque aéro
Pour récupérer le son des communications audio, je branche un enregistreur de voix Philips Voice Tracker LFH-0862.

Pour le paramétrage, je sélectionne l'enregistrement au format SP au taux de 16 kHz. Cela permet un enregistrement de plus de 5h avec une audibilité optimum.

Je place l'enregistreur derrière un câble de chez Aircraft Spruce appelé PatchCord Cockpit Voice Recorder.
Après avoir acheté et fait de nombreux tests avec les câbles de prise de son cockpit, c'est le seul qui m'a donné entière satisfaction et qui ne produisait pas de larsen gênant.
Ils disent qu'il a un circuit électronique spécifiquement étudié pour l'impédance les équipements aéro. C'est sûrement ce que les autres n'ont pas !

3. Logiciels utilisés

Pour le traitement spécifique du son récupéré depuis l'enregistreur Philips, j'utilise Audacity.

J'applique le script CleanSpeech à chacun des fichiers en ayant pris soin de supprimer la ligne de suppression du silence dans ce script.
Je récupère ainsi un fichier au format mp3 que j'importerai plus tard dans le logiciel de montage.

Et pour le montage vidéo, j'utilise Sony Movie Studio HD Platinum 11.
Je trouve cet outil assez intuitif et puissant pour ce que je veux en faire.
Au niveau du paramétrage, je place le son lié au fichier vidéo de la caméra sur la piste Musique ; et le fichier mp3 de l'enregistreur sur la piste Voix.
Et quand j'ai fini, j'exporte le tout avec l'option "Faire un film", "Format Internet 720p" sur mon disque dur.

Voilà, vous savez tout ... et maintenant ... à vous de jouer ;o)

21 oct. 2011

Vol 51 - Quel pied ma triangulaire ! St-Cyr - Deauville - Rouen - St-Cyr

HdV : total 52h50 - cdb 11h58 - ep 40h52 - Cout : 7441€

Alors là, c'est vraiment un pied monumental que j'ai pris pour ma triangulaire !

Il s'agit de la navigation en solo la plus longue de toute la formation PPL.
Elle doit comprendre 2 atterrissages sur un autre terrain que celui où l'on est basé et doit faire plus de 150 nautiques au total (soit environ 275 kms).

J'ai choisi le parcours suivant :
.1 : St-Cyr LFPZ - Deauville LFRG : 88NM
.2 : Deauville LFRG - Rouen LFOP : 41NM
.3 : Rouen LFOP - St-Cyr LFPZ : 57NM
Soit un total de 186 nautiques !

Voici le tracé enregistré :

Au départ de St-Cyr, je prends la sortie Ouest, direction Houdan, puis le Nord de Dreux. De là je transite dans la zone d'Evreux par les points WS-WC-WD pour sortir de la zone par le nord de Bernay.
En contactant l'approche de Deauville, contrairement à ce que j'avais prévu, je suis autorisé à passer verticale du VOR DVL.

Avec la mer à l'horizon, je constate que le temps est un peu plus nuageux qu'en région parisienne. Du coup je n'ai pas le soleil dans l'oeil et je parviens à localiser le terrain longtemps à l'avance.


L'arrivée sur Deauville est sublime et permet d'avoir une bonne vue sur l'estuaire de la Seine au niveau du Havre, du pont de Tancarville et de la baie marine.


Le vent a changé de direction depuis ma préparation au sol, c'est maintenant la 12 en service. J'intègre vent arrière main gauche 12 et tente de profiter au max du paysage pendant mon approche.
Au parking en herbe, un camion vient me faire le plein. Je paye la taxe d'atterrissage et l'essence, bois un p'tit coup et me prépare pour la suite.


Voici la vidéo de la 1ère branche : St-Cyr - Deauville.


Pré-vol effectuée, je réinitialise mon cerveau pour la nouvelle étape : Rouen ! ;o)
La piste 12 étant en service, je serai déjà dans le bon sens pour me diriger vers le point de sortie EG, matérialisé par les lacs de Pont-Audemer.

Le vol se passe bien, il y a peu de trafic en entrée de Deauville, le ciel est à moi direction Rouen. Cette branche n'est pas compliquée quand il fait beau, il suffit de ne pas s'éloigner de l'autoroute. Cheminement toute !

A Rouen, la piste 22 est en service, donc mon entrée par W paraît compromise. Après présentation à l'approche de Rouen, c'est finalement validé ! Cool, je gagnerai un peu de temps et suis moins stressé par le temps restant avant le coucher du soleil.

Puis, je m'intègre vent arrière main droite 22, me pose et pars au parking de l'aviation générale pour payer la taxe et faire tamponner mon carnet de vol.

Voici la vidéo de la 2ème branche : Deauville - Rouen.


Me voilà maintenant fin prêt pour le retour à St-Cyr. Ce qui ne sera pas le plus facile car j'ai choisi de suivre les points de report publiés entre Rouen et Evreux pour accéder au terrain de Mantes.
Le dessin de la Seine m'aide beaucoup pour bien repérer les points E et EG.
J'aime bien, d'ailleurs, passer par les Andelys car on a un visuel très chouette sur les ruines du château.

Le temps exceptionnel me facilite la tâche et je repère assez tôt le terrain en herbe de Mantes. Cap au centre de la boucle de Seine. Puis à l'Est pour passer travers sud des cheminées de Porcheville en direction de l'entrée Nord de St-Cyr.

La 11 en service, je m'intègre direct en base après les Serres. Je me pose et roule au parking haut des Alcyons.

Voici la vidéo de la 3ème branche : Rouen - St-Cyr.


Triangulaire terminée ! Je dois admettre que je suis un peu crevé, vais bien dormir ce soir !!!
Je garde en mémoire une navigation très agréable sous un soleil d'automne fantastique et sans me paumer ...
Je me dis, une fois encore, que j'ai bien de la chance de pouvoir vivre cela. Et bientôt, je pourrai partager tout cela avec ma famille. Vivement ! 

Si je devais garder une image de cette promenade, ce serait celle-ci ...


Prochaine étape, le pré-test dans 8 jours.
C'est un test PPL blanc avec un instructeur de l'aéroclub avec qui on a jamais volé afin de valider (ou non) notre aptitude à être présenté au PPL pratique avec un FE de la DGAC.
Je vous tiens au courant ...

19 oct. 2011

Vol 50 - Les pannes ... ça rentre enfin ! Il était temps !!!

HdV : total 49h53 - cdb 09h01 - ep 40h52 - Cout : 7162€

Aujourd'hui on valide la mania avec mon instructeur, avant la triangulaire. Au menu : pannes en tous genres, montées et descentes variées et virages à gogo.

Côté météo, tout va bien ce midi, ça se maintient.
Au terrain, j'ai la surprise de trouver deux chouettes appareils au sol : un Écureuil et un EC 135, enfin, je crois.


Par contre, pas de vidéo aujourd'hui... ayant voulu recharger les piles hier soir, la caméra est restée dans le sac qui se trouve ... dans ma voiture !

Par contre, je vais pouvoir tester l'application gratuite OruxMaps sur mon téléphone Android. Je l'ai chargé avec la Cartabossy 2011 et cela permet de faire un enregistrement de la trace du vol directement au format Google Earth.
A part l'altitude qui n'a pas du tout fonctionné et de temps en temps le GPS qui perd les pédales pendant quelques secondes, je dois dire que je suis bien agréablement surpris du résultat.
Voici mon parcours du jour...


Puisque je n'ai que cela à vous proposer, on va jouer un peu avec la géométrie en se représentant les exercices effectués par rapport aux formes du tracé.

Tout d'abord, peu après la sortie Ouest de St-Cyr, on commence avec une panne moteur en campagne.
Je choisirai le champ vert en forme de parallélogramme au centre de l'image. J'arrive par le sud-est et repars vers le nord-ouest. Gestion de la panne réussie !


Puis, mon instructeur m'annonce : "On a un problème, on doit être posé dans 7 minutes !".
Traduction : faire une IVV : Interruption Volontaire de Vol. Je choisirai alors le champ marron de forme trapézoïdale au centre de l'image. J'arrive par l'est et repars par le nord-ouest. Gestion de la panne réussie !


Passons maintenant à la mania de l'avion ; on va faire une série de "8", pour valider l'accompagnement et l'enchaînement manche-palonniers lors de virages serrés. Tout cela en évitant les villages alentours bien sûr.
Du coup, mon tracé ressemble plus à la tête de Mickey qu'à un Huit !


Puis, on repère un hangar ... qui sera mon point de repère pour effectuer des virages serrés dans un volume restreint. Cela permet de descendre dans un trou quand on fait du on-top. Ici, le GPS va un peu décrocher ou bien l'application ne supporte pas les "G" ! ;o) J'arrive par l'est et je repars par l'ouest.


Après un exercice d'évitement invisible sur la trace, nous terminons la séance avec des virages à grandes inclinaison. Un à gauche, et un à droite. Là encore le tracker produit une trace bizarre sur le deuxième virage. Problème de "G" disais-je !


En gros, pas de problème particulier aujourd'hui à part des petites fautes à corriger.
Je redoutais aussi cette séance au niveau physiologique mais finalement, tout s'est bien passé.
Un peu dans le gaz en sortant de l'avion, mais ça va !

Prochaine étape, vendredi ou samedi, la fameuse triangulaire, la nav en solo de plus de 150NM : St-Cyr / Deauville / Rouen / St-Cyr.

5 oct. 2011

Vol 49 - Voyage aéroclub vers Semur en Auxois (Bonus on-top) !!!

HdV : total 48h55 - cdb 09h01 - ep 39h54 - Cout : 7023€

Irons-nous ? Irons-nous pas ?
Après ce bizarre interlude d'été de plusieurs jours sur toute la France, notre voyage en Bourgogne paraissait de plus en plus compromis au fil des jours tant la météo devenait capricieuse.

Rendez-vous pris à la fraîche, 7 du mat. au terrain de St-Cyr.
Un coup d'oeil sur la météo, seule l'EUROC est publiée à cette heure.
Ca devrait aller, quelques zones d'OVC sont annoncées à 3800ft ainsi que des brumes matinales, pas de quoi engendrer un NOgo !
On prend les informations aéronautiques du jour, Notam, AZBA et compagnie... C'est décidé : on part.
Il faut faire vite les pleins avant la livraison de 08h30.

Au niveau de l'organisation, nous serons 3 par avion :
- Golf-Mike : François, Romain et Christophe en instructeur
- Kilo-Golf : mon frère, moi et Patrick en instructeur

On fera 4 branches d'environ 1h sur tout le parcours en changeant de pilote à chaque stop.
- branche 1 : St-Cyr (LFPZ) - Moret (LFPU)
- branche 2 : Moret (LFPU) - Semur en Auxois (LFGQ)
- branche 3 : Semur en Auxois (LFGQ) - Orléans St Denis (LFOZ)
- branche 4 : Orléans St Denis (LFOZ) - St-Cyr (LFPZ)

Visualisation sur Google Earth des 4 branches de notre voyage à Semur.
On se répartit les branches, je piloterai les branches paires !
Cool, je ferai l'intégration sur Semur, là où des potes habitent et qui me demandent quand diable je viens les voir !!! (Extrait : "Alors t'en est où de ton truc d'avion là ?")

Le Kilo-Golf sera notre avion du jour, un DR400 de 180 chevaux. Un avion que j'aurai le plaisir de pouvoir prendre une fois breveté. Des procédures nouvelles donc : changement de réservoirs, vitesses différentes, réactivité époustouflante.

Kilo-Golf, un DR400-180 de l'aéroclub des Alcyons à St-Cyr.
Prévol effectuée, on roule pour les essais moteurs avant de partir pour Moret.

A la zone d'essais moteur à St-Cyr, aux côtés de Golf-Mike

Pendant ce temps, je suis confortablement assis derrière. Je joue avec l'iPad, je prends des photos, je suis la navigation sur la carte.
Je me prends au jeu de comparer mon pilotage avec celui de mon frère...


Ce voyage est aussi l'occasion pour moi de tester l'application
Air Nav Pro sur l'iPad
Et puis vient ........... la rotation !
Le DR48 pousse sacrément bien par rapport à nos avions-école : 30% de puissance en plus, ça le fait quand même !

L'A12 est déjà bien chargée le matin
On quitte St-Cyr par l'Ouest et on descend au Sud par les étangs de Hollande.

Passage des étangs de Hollande après la sortie Ouest de St-Cyr
Passant Rambouillet, sous un éclairage divin ;o)
On survole le péage de Saint Arnoult par la gauche, pour la photo ! On maintient le cap au Sud.
Le péage de St-Arnoult
A Etampes, nos camarades de jeux, dans le Golf-Mike, font un touché. Nous, on trace direct.

Verticale d'Etampes
Arrivé sur Moret, mon frère, bien plongé dans sa nav, passe verticale terrain sans le voir.
Ah ! Que je suis heureux !!! Je ne suis donc pas le seul qui suis fâché avec les terrains inconnus en herbe.
Pourtant, ... pourtant ! Moi qui avait la carte sous les yeux, tranquillement assis derrière, avec la moving map de l'iPad, je l'ai repéré de suite le terrain !
Ça montre bien que lorsqu'on pilote, on a le ciboulot vraiment au ralenti par rapport à l'habitude !

Verticale de Moret, notre premier arrêt
Le premier arrêt est l'occasion de changer de pilote et de faire le point sur la première branche. Globalement tout va bien.

Ca discute déjà dur à la fin de la première branche !
A mon tour, je fais une petite prévol de routine. Et c'est parti, direction Semur en Auxois.
Le temps est toujours pareil qu'au petit matin, pas de changement.
La navigation se passe bien. J'arrive enfin à être DEVANT l'avion pendant le vol.
Je profite pleinement de la vue sur Auxerre que l'on passe par le Sud.
Mes repères au sol arrivent à l'heure prévue, tout va bien.

Seul petit bémol, la tenue d'altitude ! Quand je vérifie ma route, j'ai toujours un peu tendance à appuyer sur le manche, du coup : je descends.
Alors je trime, mais là : ça remonte ! Alors je repousse sur le manche ! Du coup je fais un peu de yo-yo avec l'altitude.
3300ft ... 3450ft ... 3150ft ... 3250ft ...

On arrive à Semur, je repère pas trop mal le terrain. Verticale 3000ft par le Nord-Ouest.
Et là ... je ne sais pas pourquoi ... au lieu de m'intégrer pour le début vent-arrière 22, je décide de descendre à 2000ft pour m'intégrer mi-vent-arrière !
Le seul problème, c'est que quand j'ai atteint mon altitude, je vire à gauche mais ... je ne vois plus le terrain !
J'y crois pas ... me suis paumé dans l'intégration !!! Rrrrrr ...

On revient tranquillement au terrain pour une intégration plus ... académique et tout se passe bien. On est arrivé à destination.

La preuve en image : j'y étais !
Très chouette cette ville, non ?
Semur en Auxois est une ville très orientée Aéro, la preuve en images ;o)

On a retrouvé la famille Robin !
Pour les encadrements, c'est plus loin ... ;o)
Le Carpe Diem nous accueille pour le déjeuner.

A gauche : Christophe, Patrick et moi.
A droite, François, Grégory et Romain.
On ne tarde pas trop sur place à cause de la nuit aéro. Mieux vaut avoir un peu de marge.
Durant le repas, des percés de ciel bleu inondent la région.
Nous en profitons pour partir direction Orléans pour notre 3e branche du voyage.
Dans le Golf-Mike, Romain, notre contrôleur de St-Cyr, E-P pour l'occasion s'annoncera au départ de la 29 gauche ;o) -- déformation professionnelle !

On laisse Semur derrière nous, direction Orléans
C'est une branche intéressante que celle pilotée par mon frère car on traverse vers l'Ouest en pleine campagne. Et là, plus trop de repères au sol, pas de VOR pour confirmer sa position, rien ! Des champs, des champs, et des petits villages pas mentionnés sur la 1/500.000e !

Les voyages écoles, ça change de l'Ile de France !
Globalement, il s'en sortira très bien : chapeau !
Le VFR reprend tout son sens lorsqu'on se rapproche de la Loire avec les terrains, les centrales et les cours d'eau.

Vue au loin sur les centrales atomiques du bord de Loire.
L'intégration à Orléans se fera avec l'aide de l'Agent AFIS qui débitera les paramètres à cent à l'heure.
Pas pris de crayon pendant l'annonce ? Dommage mon frère ...

Passage au-dessus du terrain d'Orléans St-Denis pour s'intégrer.
Atterrissage nickel, on se gare près d'un aéronef annoncé comme étant un Cessna Caravan.
Me parait petit quand même. Après vérif, ce sera finalement un GA8.

Aux cales à côtés d'un Grippsland GA8-TC-320 Airvan.
Puis on a l'occasion de monter à la Tour. Première fois pour moi que j'y monte.
C'est ... technique !

Vue depuis la Tour d'Orléans
En direct live : les paramètres donnés par l'Agent AFIS
J'ai enfin vu ce qu'était un FlightStrip !

Je reprends le manche pour la dernière branche, retour à St-Cyr.
On décolle d'Orléans et je me fais un peu surprendre par la vitesse à laquelle il faut contacter l'Approche de Bricy pour pouvoir transiter vers ONE, mon premier point tournant.

Sorti de la zone d'Orléans, en direction du péage de St-Arnoult, j'ai la joie d'expérimenter un panne moteur intentionnelle suite à vidage du réservoir principal. L'hélice tourne par la seule force du vent.
Pompe, changement de réservoir ... 1 - 2 - 3 - 4 ...
Et le moteur redémarre aussi sec ! Excellent !

La météo n'aura guère évolué de la journée. Les nuages couvrent une grande partie du ciel. Quelques trous subsistent ça et là ... Ce qui nous permettra d'avoir un instant magique qui me restera gravé en mémoire pendant un sacré bout de temps : le on-top.
Cela consiste à voler au-dessus de la couche de nuage en passant en montée et en descente par des trous entre les nuages.

Une fois en haut, c'est tout simplement sublime !


Puis on doit malheureusement redescendre pour reprendre la navigation initiale et rentrer à Saint-Cyr.
Posé vers 18H, soit un peu plus de 9 heures de voyage.

J'ai encore appris un millier de choses et je suis bien crevé !
Merci à Patrick notre instructeur du jour de nous avoir accompagné et à mon aéroclub Les Alcyons pour l'organisation d'un tel voyage.
J'ai adoré ! Comme c'est agréable aussi de changer de coin...


Je vous laisse avec le résumé du vol en vidéo ...