29 sept. 2011

Vol 48 - En route pour Rouen, et en solo svp !

HdV : total 46h45 - cdb 09h01 - ep 37h44 - Cout : 6575€

Il y a des jours comme ça, où on est de bonne humeur et on sent que tout va être génial. Vous savez, un peu comme le dit la chanson : "I got a feeling ... " "... that today it's gonna be a good flight !".

Arrivé au terrain, je croise Laurent, qui vient d'être lâché solo en tour de piste. La classe ! encore toutes mes félicitations, ce sont des jours qui marquent dans la formation PPL. Ça me ramène un peu en arrière, il y a 5 mois de cela. Déjà ! On parle du Blog, très sympa.

Cet après-midi, je pars en solo pour Rouen. Il y a du CAVOK et les températures avoisines les 30°C partout en France, c'est inédit pour la saison.

Voici le tracé de mon parcours :


J'utiliserai le secteur Nord pour entrer/sortir du terrain de St-Cyr, suivrai en gros l'A13 pour rejoindre Rouen. Pour le retour je choisis pour la première fois de prendre un itinéraire différent de celui de l'aller. Je partirai à l'Est direction Etrepagny, puis cap au Sud pour Mantes, et retour à St-Cyr par l'entrée Nord.

Je valide mon dossier de vol avec mon instructeur, effectue la pré-vol, et roule aux pompes pour faire le plein. J'ai été prévenu que le bouton de radio fonctionnait capricieusement, et qu'il me faudrait peut-être trouver une solution alternative


Tout étant maintenant opérationnel, je suis fin prêt au départ. Tout se passera bien à l'aller. C'est la première fois que je trouverai mes points tournants à la minute prévue dans mon log de nav.
La vue n'est pas exceptionnelle pourtant, contrairement à ce que je pensais au sol. Tout semble laiteux, provoqué par une légère brume au sol et le soleil insistant.

Par contre, Paris-Info n'était pas en fonction, ni Evreux Approche, et du coup ... c'est la première fois que je veille aussi longtemps une fréquence sans qu'il y ait de communication. Ça fait un peu bizarre, on se sent seul.
Je profite du paysage, la vallée de Seine, l'A13, le terrain d'Evreux au loin. Quel kiff !

A l'approche de Rouen, la charmante voix au contrôle me demande de rappeler en visuel du terrain. Et là, bingo, je le trouve comme prévu. Je dois ensuite rappeler en finale 22.
Cependant, au lieu d'intégrer par la base, je passe verticale terrain, vire pour un éloignement d'une minute comme sur un terrain non-contrôlé et effectue un tour de piste standard.

Je me pose et m'arrête au parking de l'aviation générale. Je me rends compte qu'il me faut un peu plus étudier la VAC au sol sur les terrains d'arrivée. Une fois la piste dégagée, je ne savais pas trop où se trouvait le parking !


Autour de moi, de chouettes appareils sont aux cales, comme ce Piper PA-31T2 Cheyenne II XL venu de Pologne !


Avant de remettre en route pour le retour, je prends quelques clichés pour la postérité ...



Pas mal le résultat ;o) Le cockpit tout analogique et à aiguilles du F-BTKU, mon DR400 du jour.


J'ai pleine puissance, pas d'alarme, le badin est actif, je poursuis... 100 ...  110, rotation !
Pour le retour, j'ai voulu jouer à essayer de trouver un petit terrain avec piste en herbe en pleine campagne : Etrepagny. Et bien ... perdu ! Comme moi d'ailleurs ;o)
Je suis obligé de faire du recoupement avec les VORs de Rouen et de Pontoise pour retrouver ma position.
J'ai déjà dépassé le terrain ... Zut !
Je repense à Philippe alias Petit Cabri qui me disait que j'allais très bientôt me paumer. Et bien c'est chose faite ;o)

Retour par le Sud en direction de Mantes, puis Porcheville. J'ai le soleil en plein visage, il est parfois dur de voir aux alentours. Ça devient compliqué à gérer dans mon Robin ! J'ai une main sur le manche, l'autre qui sert à la radio sur l'autre manche et à la manipulation des instruments. En fait, il me manque un autre bras pour faire le pare-soleil !

A l'arrivée sur St-Cyr, un peu avant l'entrée Nord, un appareil sens contraire me passe 200ft en dessous. Gloups ! Je ne l'ai vu qu'au dernier moment lui !
Je ferai, pour la première fois, une intégration en base pour la 11 depuis l'entrée Nord. A part l'aveuglement lié au soleil, tout va bien. Je me pose en 11 droite.

L'avion a besoin d'un bon coup de nettoyage, les insectes sont collés partout ! Après nettoyage, je le laisse au parking face Tour, puis m'incline devant ce magnifique coucher de soleil.


Voici la vidéo résumant le vol d'aujourd'hui.


Quelle journée extraordinaire ! Je suis super content de ce vol. Bien crevé, mais heureux ! Et 2H de plus sur mon carnet de vol en tant que Commandant de Bord ... pas peu fier !

23 sept. 2011

Vol 47 - Et une nav de validée avec instructeur vers Orléans :)

HdV : total 44h46 - cdb 07h02 - ep 37h44 - Cout : 6432€

Quand on a un après-midi comme cela, il faut en profiter.
Aujourd'hui, nous partons, mon instructeur et moi, en navigation vers Orléans Saint Denis.


Un parcours intéressant puisque nous allons nous confronter à une zone d'approche contrôlée par l'armée ainsi qu'à la rase campagne qui rend assez compliqué le repérage au sol pour le VFR !
Et une nouveauté pour moi : l'intégration sur un aérodrome géré par un agent AFIS.

Voici les points tournants que j'ai choisis pour l'occasion :
-> LFPZ : St Cyr
1 - sortie Ouest de St Cyr
2 - péage de Saint Arnoult
3 - passage vertical d'Etampes
4 - VOR PTV - Pithiviers
-> LFOZ : Orléans St Denis

Les DR400 sont hors jeu pour le moment, nous prendrons donc un DR221, le F-BPKH.
Le vent est calme, la 11 est en service, ce qui me permettra de bien visualiser le champ de l'INRA que l'on doit tenter d'atteindre en cas d'incident majeur au décollage.

Globalement, la navigation se passera bien, même si je me suis pal mal battu avec KH pour le trimer correctement ! Il m'a donné du fil à retordre lui !
J'ai pu passer, comme convenu, au dessus du péage de Saint Arnoult ! Vraiment je l'aime bien lui comme repère VFR ! Ça me fait d'ailleurs marrer des fois quand j'y passe en voiture, je repense alors à ma satisfaction quand je suis en vol et que je l'aperçois.

Par contre, il y en a un avec qui j'ai vraiment du mal, c'est l'aérodrome d’Étampes ! Je l'ai encore loupé aujourd'hui ! Pourtant j'en veux : je l'ai choisi comme point tournant ! Faut dire qu'aujourd'hui, mon instructeur était joueur, interdiction d'utiliser les VORs, pas le droit de demander des QDM non plus ! Et enfin, le compas était HS !
Donc autant dire : je n'étais pas aidé :o) ... par contre, j'ai bien progressé au cap-montre !

Une anecdote également à l'approche d'Orléans, je mets la fréquence de l'approche, je m'annonce, et ... deux minutes après, j'entends : "Ici le répondeur d'Orléans Approche ..." !!!
OK, c'est l'âge, je commence à parler aux répondeurs !

Arrivé sur le terrain d'Orléans, c'est un peu le foutoir ! Il y a 2 appareils dans le circuit, 1 au décollage, 3 qui s'annoncent pour passage vertical dans 2 minutes, dont moi, et un IFR en approche GNSS pour un complet !
J'ai été agréablement surpris par la qualité de la prestation de l'agent AFIS, qui avait une charmante voix d'ailleurs :)
J'apprendrai la phraséologie adaptée en demandant "les paramètres".
Et enfin, la belle surprise, en dégageant la piste, de voir un Embraer Phenom 100 venir friser les moustaches de notre cockpit.



Voici la vidéo résumant le vol aller...


Je n'ai rien pu retenir de la vidéo du vol retour tant le soleil a jaunit la pellicule ;o)
Encore une condition particulière que je n'avais pas encore vécue : la brume se levant en fin de journée et le soleil rasant qui gênent énormément la vue des repères au sol. Compliqué !


Pas d'exercice de pannes au retour, mais énormément de cap-montre ! On prend un cap, on calcul l'estime et GO !
Je demanderai juste une PTE à l'arrivée de St-Cyr, qui nous donnera une chouette vue des pistes en herbe.


Voilà encore un vol intéressant avec des éléments nouveaux. Excellent ! Une fois de plus, un grand merci à mon instructeur.

Prochaines navs en solo à préparer : Rouen, l'Aigle et ensuite : la triangulaire.
Ça sent le PPL pratique qui approche à grands pas !

16 sept. 2011

Vol 46 - 2e Nav solo vers Étampes entre les orages !

HdV : total 42h23 - cdb 07h02 - ep 35h21 - Cout : 6105€

Je me lève ..., la météo se bouscule ... pour ma deuxième navigation en solo entre St-Cyr l'Ecole (LFPZ) et Étampes (LFOX). Le créneau  initialement prévu de 10h à midi paraissait trop avancé dans la journée, alors le rendez-vous fut pris à 8h sur le terrain pour décider de la suite.

Décision prise, je pars à 9h30 pour être de retour vers 11h. Piste 11 en service, vent calme, le ciel est chargé mais la visibilité est correcte.

Mon log de navigation prend en compte les points tournants suivants :
- départ de St-Cyr
- sortie Ouest - 15 min
- passage du péage de St-Arnoult - 9 min
- intégration à Étampes - 7 min
- arrivée Étampes - 10 min
Temps total estimé aller : 41 min

J'ai à peine rejoint la sortie Ouest de St-Cyr que des gouttes de pluie commencent à ruisseler vers les extrémités de la bulle. Cap au sud direction Rambouillet par la gauche.
A un moment, je regarde au sol et j'ai l'impression de voir comme une prison en dessous de moi, du coup je me prends un coup de flippe !!! Survol interdit !!! Pour rien d'ailleurs, car sur la carte, celles indiquées n'étaient pas du tout là ou j'étais ! Ce devait être un hangar ou un centre commercial qui, de haut, avait la forme de bâtiment de prison...

Je passe Rambouillet, et retrouve le péage de St-Arnoult. J'adore ce repère visuel, il se voit très facilement et de loin ;o) Je prends ensuite l'ATIS d’Étampes qui mentionne de la pluie et des orages à proximité du terrain. Je décide de poursuivre, et je verrai la situation météo une fois arrivé sur place.
Finalement, c'est plutôt dégagé, mais j'ai un mal fou à visualiser le terrain. Pourtant, c'est la 2e fois que je viens ici ! Je demande un QDM à la tour pour vérifier mon cap : légère correction de trajectoire et je trouve le terrain.

Le vent est plein travers et je repense à mon vol précédent qui m'avait entraîné à cet exercice. Pas de soucis. Je suis posé, je vais me détendre les guibolles et boire un petit coup.

Pour le retour, je fais le même parcours à l'inverse. La pluie s'intensifie dès le décollage. Il y a un peu de monde en intégration à Étampes, je reste vigilent ...
Le deuxième coup de flippe me vient du fait que je devais voir le péage devant le cockpit alors que je ne vois que des champs et de la forêt. Je me dis alors que les orages et les éclairs doivent interférer avec mon compas et mon conservateur de cap (je suis en train de confondre avec l'ADF !).
Je décide de m'aider du VOR de Rambouillet pour confirmer ma position et ... en fait ... tout va bien ! ... mon cap est correct.

Pas de soucis particulier jusqu'à l'arrivée à l'entrée Ouest de St-Cyr où la Tour me prévient qu'actuellement, le terrain est sous un gros grain et que la visibilité y est fortement réduite.
Je décide alors de repartir par l'entrée Nord et d'y faire un vol local en secteur pour patienter. Mais là, la trouille s'installe doucement à bord...
Plus j'arrive au point Nord, plus la pluie intense s'abat sur mon avion et je commence à avoir une visibilité quasi-nulle !
Je me suis mis dans une situation vraiment inconfortable, pratiquement en IMC. Quelques secondes plus tard, la tour m'indique que la pluie est passée sur le terrain et que la visibilité y augmente rapidement.
J'effectue un 180 et rentre au plus vite au terrain.

J'intègre en vent arrière pour la 29, rappelle mi-base selon les consignes de la Tour. En finale, je trouve bizarre que je n'arrive pas à descendre ma vitesse en deçà de 150 km/h alors que mon plan de descente est correct ! Je fais un petit palier pour casser la vitesse et reprends le plan. Même problème !
J’atterris à 135 km/h en ayant bouffé un tiers de la piste !
Arrivé au point d'arrêt en ayant dégagé la piste, je me rends compte que je ne suis pas en configuration pleins volets ! Perturbé par cette arrivée quelque peu chaotique, je suis resté en volet 1 pour me poser ... tout s'explique alors !

Voici le résumé du vol en images ...



Ce vol m'aura énormément apporté sur moi-même et mon pilotage. Voici les leçons à en tirer :
1 - ne JAMAIS se laisser embarquer dans une situation climatique dangereuse et ne pas hésiter à faire demi-tour pour rester dans les conditions VMC et patienter ou se dérouter le temps que la situation s'améliore.
2 - TOUJOURS se concentrer sur les checklists d'actions à réaliser, genre : pleins volets en finale ...
3 - NE PAS hésiter à remettre les gaz pour se représenter en finale si on voit qu'il y a des incohérences dans
l'approche, genre : vitesse excessive dans le plan.

Dernière chose : je suis content d'avoir senti une progression dans ma façon de piloter qui devient beaucoup plus souple qu'avant et donc plus agréable pour moi-même et mes futurs passagers.

Prochaines navs à préparer : Orléans avec instructeur et Rouen en solo.
A bientôt ...

10 sept. 2011

Vol 45 - On s'adapte à la météo : un peu de vent de travers !

HdV : total 40h40 - cdb 05h19 - ep 35h21 - Cout : 5860€

Alors pour la rentrée, il faut savoir jongler avec la météo !
Ma nav solo vers Etampes n'a toujours pas pu avoir lieu...

Les avions sont malheureusement cloués au sol ...


.. et la plupart ne sont même pas sortis du hangar, c'est dire ! On se croirait déjà en plein hiver !


Aujourd'hui je devais faire une heure de pannes, ... mais la météo changera nos plans. En effet, ce samedi, il fait 33°C sur le terrain (soit plus de 10 degrés de plus que la veille) et le ciel est au beau fixe. Seule petite ombre au tableau, on a un vent de travers d'environ 20kt !


Voilà une belle occasion de s'entraîner au vent de travers. Je ferai alors deux tours de piste avec base étendue pour me familiariser avec ces conditions climatiques.

Deux remarques :

1. Quand il fait aussi chaud, la machine n'a plus du tout la gouache ! La rotation se fait bien plus loin que d'habitude sur la piste et passer les arbres de la piste 11R relève de l'espérance ... La hauteur de 1200ft du tour de piste ne s'atteint qu'en milieu de vent arrière !

2. L’atterrissage plein vent de travers est très ... spécial ! Déjà, on maintient le nez de l'appareil dans le vent durant toute la finale, on ne décrabe qu'en courte ! Et là, il ne faut décraber qu'avec les palonniers ... le manche reste en buté ! Ce qui signifie qu'on n'atterrit pas avec les ailes droites ... et donc on se pose sur une seule roue !

Je pense qu'un peu plus de pratique me sera nécessaire pour une bonne maîtrise de ces conditions. L'exercice fut bref mais ... extrêmement instructif !